Bernard Scaramela

Voir ses oeuvres…

Bernard Scaramela

L’œuvre de Bernard SCARAMELA interroge la matière et l’élance avec virilité pour découper l’espace, trancher l’azur, assigner du sens au ciel si vide.
Avec sa série « Racines », le sculpteur, pour un temps bref, s’apaise et s’adoucit. Le vent doux des Antilles l’a touché. Ces Racines mortes de bois de Campêche témoignent toujours d’un besoin d’envol, d’incise et d’écriture tendues vers le beau en soi qui rêve des mondes nouveaux sur un bois mort que l’acier accompagne, comme nos souvenirs qui soutiennent d’icariennes évasions.
Entre Pyrénées et Caraïbes, entre acier et bois, entre lumière et essor, Bernard Scaramela nous invite à une danse priée, intime et délicate, interlude dont nous sommes seuls interprètes.

Bernard LASSABLIERE - Ecrivain


Après des années d’errance photographique, Bernard Scaramela commet ma première sculpture en 1996.
Peut de moyens à l’époque mais une farouche envie de « faire » et de donner corps à son besoin vital de création.
Première expo en 1998
Premier prix en 2000
Première acquisition publique 2010
Et puis, au long de son parcours, des acquisitions privées en France, en Suisse, Espagne, Qatar, Abu Dhabi, Dubaï …

Pour ce qui concerne sa série « Racines », celle-ci trouve son origine sensible dans son enfance Haïtienne, à un moment, aujourd’hui, où l’âge amène à se retourner sur son passé et caresse la mémoire. Une mémoire sans doute embellie, travestie, arrangée. Une mémoire parfois brouillée, une mémoire presque réinventée.
La démarche ici n’est pas de chercher à faire revivre une racine morte, comme d’autres travaillent sur des objets de récupération pour leur donner une seconde vie. Mais il s’agit d’avantage de fouiller ses racines, de se promener dans sa mémoire, la caresser, au risque de prendre des chemins sans issues. Un mélange de présent et de passé.

C’est cet attachement réel pour cette région des Antilles et pour ces gens, qui nourrit son travail et sa création. Dans une sorte de schizophrénie, avec la moitié du cerveau dans ses Pyrénées d’adoption, l’autre moitié restant sous les caraïbes belles et rebelles.

« J’aime ces gens, et mêler ces bois avec mes aciers me permet de les retrouver »

Ces racines mortes de bois de Campêche, endémiques des Antilles, ne sont pas là par hasard. Elles sont tout d’abord cette partie de l’arbre ancrée dans le sol. Le bois en est dur, rugueux, doux au toucher lorsqu’il est poli, précieux et de couleur chaude. Si travailler le campêche demande du temps, il a aussi cet avantage de donner du temps à la rêverie, à l’évasion, et sans doute aussi à la fuite.

Ces bois travaillés aux courbes parfois polies, racontent des souvenirs embellis et magnifiés. Mais les contours peuvent aussi être brut et laisser intact les souvenirs les plus profonds, les plus ancrés et les plus archaïques.

Si dans la pratique artistique, la matière, le moteur et le geste peuvent faire référence au sensible, à l’affectif et finalement à l’intime - ce qui est revendiqué ici - la recherche reste avant tout esthétique. Ce n’est qu’à postériori que le sens du travail apparait. En amont pas de fil directeur déterminé, pas de projet ou de programme précis préétabli. Pas d’avantage de volonté de s’inscrire dans une démarche artistique particulière, à la mode ou à la remorque d’un art officiel plus conceptuel. C’est après coup que le travail se révèle, que le pourquoi de ce qui est fait à ce moment précis de la vie, trouve tout son sens.

« Mon mode de vie n’est pas de vivre à la mode »

Ce travail de sculpture est d’abord un espace de liberté. Il est l’expression d’une passion, il peut être aussi une mise en scène de la perception subjective du réel. Il n’y a ni message à livrer ni vérité à révéler : c’est le spectateur, avec son histoire, qui reste l’interprète. Tout au plus ce travail peut interroger. Et si parfois il suscite chez l’autre du plaisir ou de l’interrogation … alors le regard aura permis l’échange.

CHAMPS COMMUNS

Ce projet est né de l’histoire d’une rencontre. Celle d’un photographe, NÖT et d’un sculpteur. Le premier a intéressé le second ; le sculpteur a été touché par l’homme, son humanité l’a conquis.
Au fil du temps une évidence se faisait jour : la conjonction de cette rencontre ne pouvait pas s’en tenir à une relation essentiellement technique, ce qu’elle fut à ses débuts. Au fil de leurs croisements : une forme plus complémentaire d’enrichissement se faisait jour : de la simple relation factuelle naissait l’échange des idées.

Aujourd’hui cette présentation est le résultat de cette collaboration ; une illustration dont NÖT et SCARA restent avec le public, les spectateurs . . .

1998
	-     Galerie du Presbytère - Castres Gironde (33)
1999
	-     Exposition collective sur le « Croiseur Colbert » - Bordeaux (33)
2000
	-     48ème Salon International d’Aquitaine - Mauléon (64) – 
Prix du Conseil Général
2003
	-     Esp. Bourdelle : Animal-Animal - Montauban (81)
2005
	-     Esp. Bourdelle : Rencontres Européennes de Sculpture - Montauban (81).
2006
	-     Esp. Bourdelle : Le Visage est un Paysage - Montauban (81)
2007
	-     Odyssud : Envolées de Matière - Blagnac (31).
	-     35ème Salon d’Automne - Colomiers (31)
2ème Prix de Sculpture
	-     Centre Albert Camus » Séméac (65)
2008
	-     Lycée Hôtelier Lautréamont - Tarbes (65).
	-     Exposition privée – « Rue des Mathurins » Paris (8ème Arr.)
 	-     Galerie du Port : Maison de l’Infante - Saint Jean de Luz (64)
	-     « 7èmes Journées de l’Art » - Louey (65)
2009
	-     Galerie : Spot On » Trie sur Baïse (65)
 	-     « Sculpture Eté 2009 » Montjean sur Loire (49)
	-     1ère Biennale de Sculpture - Carreyrat - Montauban (81)
2010
-	Exposition « Hybrides » – Arles (13)
2011
-	Exposition Prestige (CG81) : 150ème Anniversaire de Bourdelle – Montauban (81)
-	10èmes Journées de l’Art – Louey (65)
-	2ème Biennale de Sculpture - Carreyrat -Montauban (81)
2012
-	Musée Ingres : Rencontres d’Art 2012 – « Créateurs Contemporains en Midi Pyrénées» - Montauban (81)
 2013
-	Journées de l’Art – Louey (65)
-	Musée Larrey - « Champs Communs » – Beaudéan (65)
2014
-	Galerie : La Fabrique « Champs Communs» - Bayonne (64)
-	Galerie : L’Atelier – La Teste du Buch (33) 
2015
	-     15ème Festival de la Sculpture – Saint Béat (31)
2016
	-     Galerie : Le grenier aux Artistes - Roquecor (82)

Le Grenier aux Artistes - 82150 Roquecor, France
Tel: + 33 (0)5 63 94 78 85 - Email: mail at grenier-aux-artistes dot com